mardi 19 juin 2018

Ils parlent d'Une immense sensation de calme

PRESSE ET CRITIQUES


« Si Une immense sensation de calme était un roman américain, la critique pavlovienne grimperait aux rideaux en criant au génie devant ce mélange de nature writing, de conte mythologique et d’épopée des corps perdus et retrouvés. [...] Du grand art. » 
Jérôme Leroy, Causeur

« D’emblée on pourrait croire qu’Une immense sensation de calme est un texte dans la veine de toute cette série de romans post-apocalyptiques qui court de La Peste écarlate, de Jack London, à La Route de Cormac McCarthy. Mais l’événement destructeur se trouve assez vite relégué à un simple argument. Ce qui porte ce livre étrange et envoûtant est une histoire d’amour.»

Xavier Houssin, Le Monde des Livres

« Je suis bluffée, secouée, emportée par ce premier roman à l’écriture lumineuse, intense et éblouissante. »

Coup de cœur de Séverine Nicolle, Société Française du Livre

« Un imaginaire d’une singulière pureté. »
Camille Cloarec, Le Matricule des Anges

« Superbe texte », « Les dernières pages sont particulièrement sublimes ».

« Une voix toute personnelle, curieusement douce et rauque, qui provoque une délicieuse addiction : magique, elle se fait caresse, berceuse, empoignade et sortilège. »
Célina Weifert, Addict Culture

« Roman sublime ».

« Une écriture forte et poétique »
Le Dauphiné Libéré

« Les mots sont rudes, sensuel, charnels, sauvages. »
Un Balcon en forêt, Joe Couvelaire, blog

« Une nature sublimée par un style âpre, sensuel et poétique. »

« Une plume ciselée dans le bois et le sang, dans la neige et la cendre. »
Henri-Charles Dahlem, Ma collection de livres, blog

« Une petite merveille. »
Valérie Susset, Le Mag (Est républicain, Le Républicain lorrain, Vosges Matin)

« Une merveille. C’est, comme on dit, une expérience. Elle secoue et interroge le souvenir, la filiation, la différence. Avec des mots simples et beaux, à lire tout haut parfois – à mettre en scène aussi, tiens, ce serait bien, une mise en scène, des couleurs et des formes. Ce texte, je veux le porter. En faire des piles et des tonnes, et des moulinets avec les bras. Bref, tu mesures mon enthousiasme : monstrueux. »
Lola Faisandier, À l’horizon des mots, blog

« Beauté poignante et atmosphère étrange. »

« Gros coup de cœur [...] ce premier roman impressionne par sa puissance d’évocation et de suggestion. »
Romain Verger, Membrane, tumblr

« Un premier récit hors du temps dont le beau titre sonne comme une promesse. »
Claire Laloyaux, Aquarium vert, blog

« L’écriture de Laurine Roux, qui signe avec Une immense sensation de calmeun premier roman plus que convaincant, est discrètement ciselée. Ses personnages, en adéquation constante avec la force tellurique des paysages qu’elle décrit, nous emportent dans un territoire qui semble hors du monde mais où la transmission, le partage et l’entraide existent bel et bien. »
Jacques Josse, Remue.net
« Une bien jolie surprise. »
Virginie Vertigo, Les lectures du mouton, blog

« Bien plus qu’un premier roman, ce livre est une leçon d’harmonie à une époque où l’homme s’imaginerait volontiers éternel. »
Pierre-Vincent Guitard, Exigence Littérature

Une « écriture poétique, magnétique, presque chamanique, charnelle. »
Sabine Faulmeyer, Le petit carré jaune, blog

Un « récit envoûtant porté par une magnifique langue poétique et excessivement soignée. »
Joëlle Guinard, Les livres de Joëlle, blog

« Il n’est pas donné à tous les auteurs de trouver les mots avec autant de justesse.»
Olivia, The Unamed Bookshelf, blog

« Un premier roman ? Un coup de maître ! »

« Un premier roman singulier, à l’écriture charnelle, à la fois forte et poétique. »
Nicole Grundlinger, Mots pour mots, blog

 « Un coup de cœur [...] vous m'avez envoûtée! »

« Superbement bien écrit [...] merveilleuse histoire d'amour»
Le chat qui lit, blog

« Une immense sensation de calme est écrit au présent. Il s’ouvre par un «  À PRÉSENT IL FAUT QUE JE RACONTE », rappelant l’incipit de tous les textes primitifs : l’épopée («  Je chante aux muses » Homère) et les contes oraux ou écrits. »
Eve Guerra, Les imposteurs

« Il est des lectures que l’on n’a pas envie de quitter, Une immense sensation de calme est de celles-ci.»
Audrey, Books'nJoy, blog 

 

COUPS DE CŒUR DE LIBRAIRES :

« Les Éditions du Sonneur ont décidément du talent pour nous faire découvrir les grandes nouvelles voix de la littérature française! Un texte d’une densité et d’une sensualité rares. »
Mollat, Bordeaux

« Mélancolique comme un conte slave, ce roman a la saveur des légendes que l’on écoute auprès du feu. »
Le Divan, Paris

« Un premier roman rare et précieux. Retenez bien son nom, on n’a pas fini d’entendre parler d’elle
La Cour des Grands, Metz

« On brûle d’amour pour ce texte sublime. »
Calligrammes, La Rochelle

« La jeune plume de Laurine Roux semble forgée dans le marbre pour nous raconter cette histoire sans âge. Elle garde le cap de la première à la dernière ligne et impose le respect. »
Quai des Brumes, Strasbourg

« Très beau premier roman, à la lisière du conte, quelque part dans ces montagnes un peu plus loin, là bas à l’Est, où la nature s’y fait majestueuse et mystérieuse, puissante et mystique, enveloppant de son écrin les existences, l’amour et la mort dans ce quelque chose de sublime et âpre à la fois.Il y a cette immensité sauvage et envoûtante et puis, et puis cette écriture qui vous transporte, vous enveloppe, au plus près des sensations, avec ce sentiment d’avoir rencontré une belle promesse littéraire. »
Decitre, Grenoble

« Texte magnifique, premier roman magique. »

« Un premier roman qui vous prend aux tripes et au cœur, et qu’il est difficile de ne pas lire d’une traite. »
La boîte de Pandore, Lons-le-Saunier

« Le livre qui vaut le détour »
Les Arcades, Lons-le-Saunier

« Une écriture magnétique et magnifique. »
Filigranes, Bruxelles

« Un conte d’une étrange beauté, trouble et lumineux. »
Préférences, Tulle

« D’une puissance massive et d’une étrangeté envoûtante, ce (très) grand petit texte est à lire de toute urgence ! Un premier roman impressionnant. »
Librairie des Pertuis, Saint-Pierre d’Oléron

« Un texte vibrant, au très beau souffle. »
Prado Paradis, Marseille

« Un premier roman qui nous laisse une immense sensation de talent. Rarement un premier roman nous aura autant touché, autant fasciné. »
L’Esprit Livre, Lyon


« Un conte poétique et cruel dans une nature grandiose. Un magnifique premier roman. »

« Un premier roman d’une beauté magistrale. »
Lemarque Page, Quintin

« Une veillée mémorable à la beauté sauvage rarement égalée. Phénoménal, immense. »
Passages, Lyon

« Original et envoûtant. Magnifique premier roman. »
Le Gang de la clé à molette, Marmande

« Magnifique!!! »
« Magnifique premier roman [...] un seul mot: bravo!»
L'Esperluète, Chartres

Mais aussi...


Mille Paresses, Le Pradet
Librairie Charybde, Paris
Librairie de Provence, Aix-en-Provence
Cultura, Tours
Fnac Monaco
Librairie Goulard, Aix-en-Provence
Davagnier, Gap
Chemins d’encre, Conques

COUPS DE CŒUR DE Médiathèques :

« Une belle découverte, une écriture d'une grande sensibilité
Médiathèque de Vitrolles

Médiathèque de Messimy

Médiathèque Grand Orly Seine Bièvre

Chroniques radio et télévision

Le livre qui vaut le détour, France Bleu, chronique d'Alice Breniaux


SÉLECTIONS EN COURS


Prix Hors-Concours
68 premières fois
Prix littéraire des lycéens et apprentis en région Ile-de-France

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire